L’origine des Justaucorps en gymnastique

L’origine des Justaucorps en gymnastique

Vous êtes comme moi, vous vous demander quel est l’origine du justaucorps en gymnastique et depuis quand existe cette discipline olympique ? Et bien, je vous dit tout …

Qu’est ce que la gymnastique artistique féminine ? (GAF)

La gymnastique artistique féminine (GAF) est une discipline olympique qui se pratique sur quatre agrès: saut de cheval, barres asymétriques, poutre et sol (dans l’ordre olympique).

La GAF tient autant de l’art que du sport : au-delà de la performance physique, la maîtrise technique, la souplesse et la grâce sont les qualités de la réussite. Les performances comportent également une part de chorégraphie au sol (en musique) et à la poutre. Les gymnastes se doivent aussi d’être rigoureuses et disciplinées pour atteindre l’excellence.

Un peu d’histoire :

Les premières épreuves olympiques féminines de gymnastique se tiennent aux Jeux olympiques de 1928 à Amsterdam.

En 1948, la largeur de la poutre est fixée à 10 cm à l’occasion des Jeux olympiques de Londres. La musique accompagne les mouvements au sol depuis 1958. C’est d’abord un pianiste qui assure l’ambiance musicale puis on a recours à des bandes pré-enregistrées de versions orchestrées.

Agrès

Le concours général ou concours complet regroupe l’ensemble des agrès. La gymnaste avec le plus de points à la fin sur l’ensemble est désignée championne.

Tenue et accessoires de compétition

La gymnaste doit porter un justaucorps non transparent et élégant. Elle peut porter un collant de la même couleur que le justaucorps. Elle peut porter des chaussons ou encore des chaussettes si elle le souhaite. Elle doit porter l’identification nationale ou l’écusson sur le justaucorps. Les maniques, les bandages et les protections de poignets, sont autorisés. Les bandages doivent être de couleur beige ou couleur de la peau. Les bijoux sont interdits seules les petites boucles d’oreilles sont autorisées.

Le justaucorps de gymnastique artistique féminine à travers les âges:

La mode ne se passe pas seulement sur les podium des grands couturiers et dans les rue. La mode c’est aussi une histoire de sport. Dans les salles d’entraînement, lors des compétitions on a vu les tenues des gymnastes évoluer. Des longs jupons pour les fille et des pantalons militaires pour hommes, les tenues des gymnaste se sont peu à peu modifiées pour devenir des vêtements à part entière. Stylés, colorés, confortables et adaptés au sport,ils ont connu une véritable révolution au cours des siècles.

Pas de différence entre les tenues de sport

et les vêtements de la vie quotidienne

Robes longue, jupons et, éventuellement, corset pour les filles, pantalons, chemises et chaussures plates pour les garçons. Jusqu’au 19e siècle, les tenues des gymnastes sont celles de la vie quotidienne. Concernant la France, le costume se rapproche plus de celui du militaire en raison des liens qui unissent les soldats à la gymnastique. Mais peu à peu des questions se posent quant au confort des tenues de sport. Entre le 19e et 20e siècle, on voit alors apparaître de nouveaux vêtements. Les hommes revêtent des chemises en coton à demi-manche et des pantalons de toile s’arrêtant à mi-mollets. Le tout maintenu par une ceinture de flanelle. Du côté des filles, se développe la jupe-culotte. Plus pratique, elle permet de réaliser des mouvements tout en conservant une tenue décente. Mais avec l’évolution des mœurs, les costumes d’époque continuent de dévoiler un peu plus les corps athlétiques. Au début du 20e, les jupettes se raccourcissent au-dessus du genou. Evidemment quelques réticences se font sentir et les esprits conservateurs n’apprécient pas cette nouvelles mode. A la même période, c’est une révolution pour la gymnastique masculine. En 1928 aux jeux Olympiques d’Amsterdam (Pays-Bas), les Suisses arrivent habillés d’un pantalons blanc impeccablement tendue par le bas, accroché au dessus du talon. Cette pièce empruntée au vestiaire des nation de l’Est sera alors adoptée par tous les gymnastes. Elle prend le nom de sokol.

Le justaucorps: une révolution

L’année 1950 marque un tournant pour les filles. Le justaucorps prend ses quartiers. Celui-ci est assez ample au début à cause du tissus utilisé. Mais le développement des textiles synthétiques règle le problème. Les vêtements sont alors plus élastiques et désormais colorés. Les tissus, les plus joyeux, conviviaux et chatoyants égayent les tenues des gymnastes. Véritable révolution, le justaucorps se porte peu à peu avec des manches courtes ou trois-quarts plutôt que longues. Du côté des garçons, dès les années 1970, le sport du short est autorisé. Il est en effet plus aisé de travailler les exercices au sol et au saut avec ce types de vêtement. Le short s’accorde avec le léotard, un maillot porté près du corps et rentré dans le short pour ne pas gêner le gymnaste.

Des tenues plus fantaisistes, plus personnelles

Fini le temps des tenues rigides et impersonnelles. Les gymnastes prennent soin de leur apparence, en particulier chez les filles. Peu à peu, s’ajoutent des petits détails fantaisistes sur les justaucorps. Col en V, col ras du cou avec goutte dans le dos, manches qui se raccourcissent, multiplication des tissus colorés, paillettes et strass apparentes… les tenues doivent mettre en valeurs les gymnastes. Elles souhaitent en effet que leurs justaucorps s’accorde avec leurs personnalités. En Gymnastique Rythmique, discipline ou se distinguer est capital, les filles cherchent en ce que leur tenue soit en parfaite harmonie avec le thème de leur musique. Le choix des couleurs, des matières et des imprimés dessinés sur le justaucorps sont donc des éléments décisifs. D’ailleurs, les gymnastes n’hésitent avec leurs entraîneurs et leur mères à dessiner elles-mêmes le patron de leur justaucorps pour éviter toute ressemblance avec une autre gymnaste. En Gymnastique Rythmique c’est aussi la forme du justaucorps lui-même qui a beaucoup évalué. Après les cols ras du cou et les académiques, les jupettes ont créée la surprise. Parées d’or,, d’argent ou de couleur fluos, elles sont désormais entrées dans les moeurs et rencontrent un véritables succès auprès de sportives.

Des réglés à respecter malgré les évolutions

Même si les habits des gymnastes n’ont cessé d’évoluer au fil du temps, certaines règles en matière de tenues doivent être respectées. Du côté des filles par exemple, pas question de porter des décolletés osés. Il y a des limites à ne pas dépasser en particulier avec les plus jeunes. Pas question non plus de se vêtir de jupettes trop longues en Gymnastique Rythmique. Cela empêcherait les gymnastes de bouger avec aisance et les juges de noter convenablement. Impossible d’oublier que la gymnastique est certes un spectacle pour le public, mais c’est aussi et avant tout un univers de compétition où l’on s’intéresse d’abord à la prestation de l’athlète avant de noter sa tenue.

Sources: Article sur L’évolution des tenues en gymnastique dans le magazine

Le Gymnaste Magazine n°347,

à la page 45

Gymnastique rythmique et justaucorps: quel est l’origine?

Gymnastique rythmique et justaucorps: quel est l’origine?

Vous pratiquez ou souhaitez pratiquer la Gymnastique Rythmique (GR) et vous vous demandez quelles sont les origines du justaucorps et de cette discipline ? Je vous dis tout…

Qu’est-ce que la GR ?

La gymnastique rythmique ou GR, est certainement la plus féminine des disciplines de gymnastique.

Les gymnastes présentent un enchaînement gracieux, rythmé par une musique mêlant danse, figure de gymnastique au sol et maniements et échangent d’engins.

Ce sport est particulièrement complet et exigeant. La GR peut se pratiquer en équipe, en duo ou en individuel. Jusqu’au années 2000, cette discipline était appelée GRS (gymnastique rythmique et sportive).

Quel est l’origine de la gymnastique rythmique ?

La gymnastique artistique existe depuis le début du 19ème siècle, avec les agrès et les enchaînements au sol. Mais la GR est bien plus récente.

C’est vers la fin du 19ème siècle, début du 20ème siècle que cette nouvelle forme de gymnastique originelle pris naissance, orientée vers l’expression corporelle. Elle propose l’usage de mouvements empruntés de la danse classique, de l’élégance dans l’exercice des différentes parties du corps humain.

C’est dans l’ancienne Union Soviétique, où des championnats nationaux sont organisés depuis 1942, que l’on trouve les premières traces de cette nouvelle discipline de compétition. La Fédération Internationale de Gymnastique la reconnaît en 1961 et ce n’est qu’en 1984 que la gymnastique rythmique rejoint les jeux olympiques en épreuve individuelle femme.

Quel justaucorps pour cette discipline ?

Dans les années 1920, les gymnastes portaient des jupes (plus longues que celles d’aujourd’hui), qui cédèrent leur place aux shorts dans les années 1930. Ce n’est que depuis les années 1950 que les gymnastes portent des justaucorps.

C’est depuis 1992 que la tenue de la gymnaste est vraiment réglementée. Le port d’un justaucorps indécent peut être sanctionné. Les justaucorps sont d’une ou deux couleurs seulement.

En 1993, les justaucorps longs entiers sont autorisés, la première à en porter un lors d’une compétition mondiale est Ekaterina Serebrianskaya.

Dès 1997 les gymnastes peuvent porter des justaucorps dorés ou argentés. Les tenues deviennent plus transparentes et plus colorées, elles ressemblent de plus en plus à celles du patinage artistique, et se différencient alors de ceux de la gymnastique artistique, auxquelles elles étaient auparavant presque semblables.

Depuis 2001, la jupette est autorisée (à la demande d’Irina Viner). Ce sont les gymnastes russes Alina Kabaeva et Irina Tchachina qui en sont les pionnières. De nos jours, pratiquement toutes les gymnastes en portent, combinés ou non avec des collants. Au fil du temps, les justaucorps des gymnastes rythmiques autrefois très sobres comme ceux des gymnastes artistiques, sont devenus de véritables œuvres d’art. Couleurs flamboyantes, motifs extravagants, garnis de paillettes, ils font dorénavant partie intégrante de la compétition.

Extrait du code de pointage

Justaucorps en 2012.

« Justaucorps correct et non transparent : les justaucorps comportant une partie en dentelle doivent être doublés (zone du tronc, jusqu’à la poitrine). Le décolleté sur le devant et le dos du justaucorps doit être correct (pas plus de la moitié du sternum, pas plus que le bas des omoplates).

Justaucorps avec ou sans manches : les justaucorps de danse à fines bretelles ne sont pas autorisés.

L’échancrure du justaucorps au haut des jambes ne doit pas dépasser le pli de l’aine (maximum).

Le justaucorps doit bien mouler le corps pour donner la possibilité aux juges d’évaluer la position correcte de toutes les différentes parties du corps.

Il est permis de porter :

  • Un collant long, jusqu’aux chevilles, sur ou sous le justaucorps;

  • Un justaucorps long entier, à condition qu’il adhère au corps et aux jambes;

  • La longueur et la/les couleur(s) du tissu qui recouvre les jambes doivent être identiques pour les deux jambes (l’effet «arlequin» est interdit). Seul le dessin (la coupe ou l’ornementation) peut être différent;

  • Une jupe qui ne tombe pas plus bas que le bassin sur le justaucorps;

  • Une jupe qui ne tombe pas plus bas que le bassin sur le collant ou le justaucorps long entier;

  • Le dessin (coupe et ornement) de la jupe est libre, mais la jupe doit toujours pouvoir retomber sur les hanches de la gymnaste (l’effet « tutu de ballet » est interdit).

Pour les gymnastes de groupe les justaucorps des gymnastes d’ensemble doivent être identiques dans la forme et la couleur. »

FIG, Code de Pointage de gymnastique rythmique 2008 – 2012.

Sources:

Wiki/Justaucorps

casalsport

Comment se déroule la création de mon justaucorps sur mesure ?

Comment se déroule la création de mon justaucorps sur mesure ?

Aujourd’hui, je souhaite vous partager les différentes étapes de mes créations de justaucorps sur mesures.

Quel est la première étape selon vous ?

Et bien oui, vous l’avez deviner. La première étape est la recherche d’idées, de thème, d’inspiration correspondant à vos attentes, selon par exemple la musique, les préférences de couleurs, de matières et selon les critères et normes de votre sport.

Et si vous le souhaitez, en complément, je vous offre mes conseils en matière de colorimétrie :  «  Est-ce que la couleur que je souhaite va me mettre en valeur selon ma couleur de peau, de cheveux etc… ?»

Et bien oui, les couleurs nous mettent en valeur ou…Pas. Avec des couleurs adaptés à votre colorimétrie vous allez illuminer le praticable et pouvoir briller de tout votre potentiel artistique.

Une fois les inspirations trouvés, couleur etc. Place au croquis .

Les étapes suivantes, quelles sont-elles ?

La création du patron.

Ensuite vient une étape des plus rigoureuse. C’est le moment de créer le patron, et… à vos mesures. Pour chaque nouvelle création, un patron est réalisé intégralement à vos mensurations.

C’est une partie très longues et fastidieuses, mais la plus importante.

Le patron est la base d’un vêtement. Si celui-ci est mal conçu, votre création sera ratée. En premier, il faut bien prendre vos mesures, puis après des calculs savants, adapter ces mesures selon le choix de la matière du tissu. (Une bonne calculatrice sera de rigueur…).

La réalisation du tracé

Puis vient le tracer de la base selon le modèle que vous avez choisis. Une fois celle-ci tracé, c’est maintenant au tour du dessin des motifs choisi de faire leurs apparitions.

Ça y est, la première partie du tracer du patron est faite. Il est temps de reproduire sur une autre feuille les motifs pour préparer la découpe.

Tous les éléments sont prêt pour passer à la coupe des différents tissus.

Étape de la coupe

Maintenant, c’est l’heure de la coupe de chaque partie et motifs qui composent le justaucorps.
La minutie est de rigueur. Il n’y a pas le droit à l’erreur. Plusieurs techniques sont possibles, aux ciseaux, au cutter rotatif, à la machine de découpe…etc. …Enfin….avec tout appareil de découpe.

 

Mise en peinture 

Ensuite selon les modèles, il est temps de passer à la peinture et/ou au montage. Puis vient enfin l’étape de la pose des strass, à la colle, au fer à chaud, à la presse etc. Plusieurs techniques possible aussi. La pose des strass demande beaucoup de patience et de minutie, c’est généralement un travail très long.

Finition

Nous arrivons enfin à la fin de la conception du modèle. Nous voici maintenant aux finitions. Quelques petits points de coutures par-ci, par-là, coudre les gros strass, un trait ou deux de finition de peinture, couper les derniers fils.

Et voilà, ça y est, votre justaucorps est réaliser.

Il ne vous reste plus qu’a briller de tout votre potentiel lors de votre passage en musique devant les juges et spectateurs !!!

Félicitation pour votre performance !

Justaucorps : Pour qui ? Pour quoi ?

Justaucorps : Pour qui ? Pour quoi ?

Vous vous posez souvent la question, mais…pourquoi y a t-il des différences entre tous ces justaucorps ? Et bien je vous explique tout.

Par qui sont utilisés les justaucorps ?

Un justaucorps ou léotard, est un maillot moulant utilisé dans les sports artistiques, la danse, la gymnastique rythmique, la gymnastique artistique (GAF,GAM) , le twirling, le patinage artistique, la gym Aérobic (AER),la gymnastique acrobatique (GAC)…ainsi que dans le spectacle, le cirque…

Pourquoi utiliser justaucorps ?

Il permet de réaliser des mouvements précis et gracieux sans être gêné par son vêtement.

Il épouse parfaitement le corps et imite une seconde peau. Mais, permet également aux juges lors des compétitions d’examiner en détail les différentes postures du ou de la gymnaste, et ainsi attester de la bonne exécution d’un mouvement ou au contraire pénaliser les fautes de positionnements.

Aujourd’hui, les justaucorps sont réalisés principalement en lycra, élasthanne ; une matière souple et étirable pour une liberté de mouvement maximale.

Il existe différent modèle de justaucorps suivant la discipline sportive. Les critères de fabrication évoluent à travers les âges et ne sont pas les mêmes suivant le sport pratiqué.

La fabrication et le design sont conditionnés par le code de pointage utilisé dans la notation lors de la performance de la gymnaste. Cette notation est propre à chaque discipline.

Voici par exemple un extrait du code du pointage de gymnastique rythmique (FIG,Code de pointage de gymnastique rythmique 2008-2012):

Le justaucorps doit être correct et non transparent. Les justaucorps comportant une partie en dentelle doivent être doublés de la zone du tronc jusqu’à la poitrine. Le décolleté sur le devant et le dos du justaucorps doit être correct (pas plus de la moitié du sternum, pas plus bas que le bas des omoplates.

Les justaucorps peuvent être avec ou sans manches : les justaucorps de danse à fines bretelles ne sont pas autorisés. Les justaucorps long entier sont autorisé à condition qu’il adhère au corps et aux jambes, la couleur du tissu qui recouvre les jambes doivent être identiques pour les deux jambes. Seul le dessin (la coupe ou l’ornementation) peut être différent. Il est possible également de mettre sur cette tenue une jupe qui ne tombe pas plus bas que le bassin, le dessin (coupe et ornement) de la jupe est libre mais la jupe doit toujours pouvoir retomber sur les hanches de la gymnaste. (L’effet “tutu” est interdit)”.

Le justaucorps à travers les âges

Le justaucorps à travers les âges

Le justaucorps a été créé au milieu du XIXème siècle par Jules Léotard (1838-1870), un trapéziste français. Il appelait à cette époque son habit, “maillot”. Il créa cette tenue pour avoir une aisance de mouvement lors de ses spectacles sans avoir de coutures à le gêner et pas de manches à s’accrocher. C’est seulement après sa mort que le maillot prend le nom de son inventeur.

Le nom “Léotard”, est surtout connu aujourd’hui à l’étranger ; et traduit en français par (jute-au-corps), justaucorps, vêtement prêt du corps.

Aujourd’hui, le léotard est essentiellement utilisé pour les tenues masculines.
La première utilisation connue du nom justaucorps est arrivée seulement en 1886, plusieurs années après la mort de Léotard. Au début du XXe siècle, les justaucorps se limitaient principalement aux spectacles de cirque et acrobatiques.

Dans les années 1920-1930, les justaucorps ont influencé le style des maillots de bain femme une pièce ayant aujourd’hui encore une apparence similaire.

Dans les années 1950, les justaucorps de style traditionnel ont continué à être portés principalement par les artistes de scène et les acteurs de cirques, mais les justaucorps ont commencé à être utilisés comme des vêtements de sport, d’entraînement. Ils sont simples et fonctionnels. Entre 1950 et 1970, les justaucorps sont restés tels quels en apparence jusqu’au années 70, ou apparaissent des justaucorps plus colorés pour la scène.

Et vous, pour quel sport ou activité utilisez-vous le justaucorps ?

Le Longe Côte et le Body Surf

Le Longe Côte et le Body Surf

LE LONGE CÔTE:

Le longe Côte permet au gymnaste de rester en forme

Le longe-côte est une randonnée pédestre aquatique, c’est-à-dire marcher dans l’eau. On s’immerge au moins jusqu’à la taille et idéalement jusqu’au diaphragme. On s’aide d’une pagaie qui facilite la propulsion et sert aussi d’appui dans les vagues pour faire travailler plus intensément tout le corps. Grâce à la forte résistance de l’eau, c’est beaucoup plus qu’une marche : un sport d’endurance qui entraîne le cœur et gaine le corps, car il faut serrer abdos et fessiers. Il muscle le haut grâce à la pagaie, et affine le bas, tout en préservant les articulations.

On peut le combiner à des exercices d’aquagym en pleine mer : étirements, renforcement musculaire, travail de coordination, cardio, course dans l’eau pour un travail intense des cuisses… dans une atmosphère plus agréable que la piscine !

LE BODYSURF, EN MODE GLISSE DANS LES VAGUES

Restons enfants avec cette discipline qui consiste tout simplement à “prendre la vague” en s’allongeant, éventuellement équipée d’une planchette fixée sous une main et d’une paire de palmes courtes pour mieux se propulser. Un bras devant, un derrière, on attend que le rouleau déferle pour se laisser glisser sur lui, le corps très tendu, le plus à plat possible, et le visage dirigé vers le sable (pour ne pas traumatiser les cervicales). Pas d’inquiétude : la vague ne “casse” pas sur nous, mais nous emmène vers le bord tout en douceur. Avant que la suivante ne recommence…

Grâce au bodysurf, Le corps doit être très gainé (abdos et fessiers très contractés) pour rester bien à plat dans la vague et aller plus loin. La dépense énergétique est loin d’être négligeable et surtout, c’est une initiation parfaite au surf…